Navigation par thématique
Menu de la section air

Faits saillants

Juillet 2018 : le mois le plus chaud depuis 1921 au sud du Québec

Juillet 2018 a été le mois le plus chaud observé en près de cent ans dans le sud du Québec, à 0,2 °C du record de juillet 1921 et 1,0 °C plus chaud que juillet 1952, 1959, 1975, 2005 et 2010 (+0,9 à +1,3 °C). L’anomalie moyenne de température a été de 2,2 °C par rapport à la normale de 1981 à 2010, pourtant haussée par huit des quinze mois de juillet les plus chauds des archives climatiques, toujours dans le sud de la province. La région de la Capitale-Nationale, les villes de Montréal, Sherbrooke et Trois-Rivières ainsi que la région du Lac-Saint-Jean ont ressenti sensiblement la même chaleur qu’en 1921, mais juillet 2018 a été jusqu’à 2,0 °C plus chaud qu’en 1921 dans l’est de la province et il a été jusqu’à 2,5 °C moins chaud en Outaouais et en Abitibi-Témiscamingue.

La chaleur anormale a par ailleurs touché l’ensemble de l’hémisphère nord. Si le monde scientifique se garde habituellement une réserve au moment d’établir un lien entre un événement extrême et les changements climatiques, au moins une étude indique déjà que cette vague de chaleur mondiale est un « signe sans ambiguïté » du changement climatique, qui l’a rendue « plus probable ».

Le temps chaud et sec a laissé en état de sécheresse allant d’anormale à grave (PDF, 497 ko) la Montérégie, la vallée du Saint-Laurent et l’est de la province. Dans cette vaste enclave, les pluies ont été jusqu’à moitié moindres qu’attendu pour un troisième mois consécutif et le déficit hydrique dépassait les 150 mm par endroits sur cette période. Pour un deuxième été d’affilée, le Bas Saint Laurent et la Gaspésie se trouvaient en état de sécheresse modérée, atteignant une intensité grave dans la Baie des Chaleurs et la vallée de la Matapédia. Autre conséquence directe de ces conditions climatiques, la saison a jusqu’à maintenant été une des plus actives enregistrées depuis quelques années en ce qui concerne les feux de forêt. L’Outaouais et l’Estrie ont plutôt reçu d’une fois et demie à deux fois et demie les pluies normales de juillet, causant des inondations et rehaussant la moyenne pour le sud du Québec (109 mm, 99 %) pour ce mois.

Le mois de juillet a débuté par une canicule majeure dans tout le sud-ouest du Québec, d’une chaleur rarement ressentie à l’exception de juillet 1921 et 1975. Elle a été suivie de trois autres canicules plus localisées. Seulement six jours ont été sous la normale en juillet, dans le sud de la province. Au contraire, les températures ont été sous les normales en Arctique, de sorte que l’anomalie moyenne a été de 1,2 °C au Québec. L’Arctique se trouvait aussi en état de sécheresse anormale, en raison des très faibles précipitations observées de mai à juillet, rabaissant la moyenne québécoise (94 mm, 95 %) en juillet.

Chronologie des événements

Du 29 juin au 5 juillet, une canicule touche la Montérégie durant sept jours et durant trois jours et plus dans la zone s’étendant de l’Abitibi-Témiscamingue au Saguenay–Lac-Saint-Jean. La chaleur soutenue cause près de 100 décès au Québec. Des orages ponctuent la canicule, notamment les 1er, 2 et 5 juillet, la canicule se terminant sous 30 mm à plus de 40 mm de pluie dans plusieurs régions du sud de la province.

Du 8 au 10 juillet, les habitants de Sabrevois et La Prairie, en Montérégie, subissent à nouveau une canicule, après seulement deux jours de répit.

Du 13 au 17 juillet, une canicule touche à nouveau les régions de Gatineau et Montréal, de même que l’ouest du Témiscamingue. La masse d’air chaud qui s’amène de l’ouest s’accompagne d’orages et de pluie les 13 et 14 juillet, de même qu’à la fin de cette période chaude les 16 et 17 juillet.

Du 20 au 22 juillet, une nouvelle canicule touche cette fois principalement le Saguenay–Lac-Saint-Jean et le Bas-Saint-Laurent.

Les 24 et 25 juillet, de fortes pluies causent des inondations en Outaouais. Chelsea reçoit le maximum observé de 131,6 mm pendant ces deux jours, dont 79,8 mm en seulement six heures le 24 juillet. La pluie se poursuit le 25 juillet et s’étend sur l’ensemble du sud de la province.

2018 : la température moyenne annuelle passe au-dessus de la normale dans le sud du Québec

À l’échelle annuelle, le sud de la province (471 mm, 31 mm, 95 %) a reçu moins de précipitations que la normale, suite à ce mois de juillet, et le Québec (385 mm, 34 mm, 89 %) encore moins. Juillet a toutefois fait passer la température moyenne des sept premiers mois de 2018 au dessus de la normale au sud (0,3 °C, anomalie de 0,1 °C), mais pas à l’échelle du Québec ( 3,9 °C, anomalie de 0,4 °C).

Température maximale (°C)
Température moyenne (°C)
Température minimale (°C)
Pluie totale (mm)
Température maximale (°C) - Anomalie
Température moyenne (°C) - Anomalie
Température minimale (°C) - Anomalie
Pluie (%) Pourcentage de la normale
TTempérature maximale (°C) - Classification
Température moyenne (°C) - Classification
Température minimale (°C) - Classification
Sommaire mensuel géostatistique pour le Québec
Juillet 2018 Moyenne Anomalie
(réf. 1981-2010)
Classification
(réf. 1981 2010)
Température maximale (°C) 21,5 1,6 Très chaud
Température moyenne (°C) 15,8 1,2 Chaud
Température minimale (°C) 10,1 1,1 Chaud