Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

Consultation élargie sur la collecte sélective - Québec et sa filière de la récupération et du recyclage s’entendent sur des pistes de solutions

Québec, le 30 mai 2018. – Plus d’une centaine de représentants directement impliqués dans la filière québécoise de la récupération et du recyclage ont pris part à une consultation élargie sur la collecte sélective, en présence de la ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Mme Isabelle Melançon, et de la présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC, Mme Sonia Gagné. Tout au long de la journée, ils ont pu discuter des enjeux de la collecte sélective et plusieurs pistes de solutions ont été présentées. Ces pistes de solutions inspireront les décisions gouvernementales de même que les actions de l’industrie pour la suite des choses.

Un consensus s’est dégagé des discussions quant à la nécessité d’améliorer et de standardiser la qualité de la matière sortant des centres de tri afin d’assurer des débouchés et de conclure des ententes à long terme avec des recycleurs et des conditionneurs locaux.

Tout en reconnaissant que les solutions doivent aller au-delà du volet monétaire, la ministre Melançon souhaite investir de nouvelles sommes afin de contribuer à développer une véritable économie circulaire au Québec et ainsi épauler l’industrie dans sa production de matériel de qualité.

Rappelons que les projets financés dans le cadre de l’appel de propositions lancé le 25 janvier dernier seront annoncés dans les prochains jours. Cet appel à projets, doté d’une enveloppe de 3 M$, visait à améliorer la qualité et les débouchés des matières recyclables.

Tout en demandant la pleine et entière collaboration des différents acteurs afin d’arriver rapidement à des résultats probants quant à la traçabilité de la matière recyclée, la ministre Melançon a aussi rappelé que la Loi sur la qualité de l’environnement donne toute la latitude requise afin d’obtenir les renseignements nécessaires au suivi des matières résiduelles et qu’elle a demandé à RECYC-QUÉBEC d’obtenir ces informations. Pour prendre les meilleures décisions, le gouvernement doit être en mesure de suivre la matière. Il en va de la confiance du public.

Finalement, la ministre Melançon a précisé que l’élaboration du prochain plan d’action de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles est pratiquement achevée. Il s’agira d’un plan d’action ambitieux qui permettra de s’attaquer de front aux enjeux du recyclage et qui aura les moyens de ses ambitions.

Citations :

« Je suis très satisfaite de l’exercice de consultation mené aujourd’hui, qui nous permet d’envoyer un signal positif aux Québécoises et aux Québécois, et j’ai même proposé que cet exercice se fasse annuellement, question de faire le point avec tous les acteurs du milieu.

Devant les difficultés rencontrées ces derniers mois, nous avons senti le besoin de chercher des solutions à moyen et à long termes, mais aussi à court terme. Le statu quo n’est pas une option et nous devons à tout prix préserver la confiance du public à l’égard du recyclage. 

Tout ne va pas mal. Le Québec demeure un leader en matière de collecte sélective, et j’ai pu entendre aujourd’hui des histoires extraordinaires d’entreprises qui fonctionnent très bien. Il y a déjà de l’économie circulaire qui se fait, et je crois que c’est dans cette voie qu’il faut s’investir. Osons sortir de notre zone de confort. Osons modifier et moderniser nos façons de fonctionner. Soyons ambitieux.

La journée a permis de formuler des pistes d’actions. Nous savons qu’il faut travailler ensemble sur plusieurs fronts, en priorité sur la standardisation de la qualité et sur la conclusion d’ententes à plus longs termes, tout en innovant et en prônant l’économie circulaire. »

Isabelle Melançon, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

 

 

« La consultation nous a permis de traiter des questions de fond et de le faire de manière constructive avec l’ensemble des acteurs de la filière de la récupération et du recyclage. Nous avons une responsabilité partagée dans l’atteinte de l’objectif d’un Québec sans gaspillage, et tous s’entendent sur l’importance de préserver la confiance du public dans la filière du recyclage. Nous redoublerons nos efforts de sensibilisation du public et nous continuerons de les mobiliser autour de l’importance du geste de tri. La richesse des propositions, l’ouverture des parties prenantes au changement et leur mobilisation autour des enjeux nous permettront, entre autres, d’orienter efficacement la mise en œuvre du prochain plan d’action québécois de gestion des matières résiduelles afin qu’il réponde encore plus précisément à nos objectifs, notamment sur des chantiers aussi importants que celui de l’économie circulaire. Nous continuerons de jouer notre rôle de catalyseur et de facilitateur pour que l’industrie soit reconnue comme un vecteur du développement économique au Québec. »

Sonia Gagné, présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC

Faits saillants :

  • À l’échelle canadienne, le Québec est un leader en matière de performance de la collecte sélective. Il recycle 81 kilogrammes par habitant de matières et il traite ces dernières à un coût de 215 $ la tonne. En comparaison, l’Ontario recycle 65 kilogrammes par habitant à un coût de 309 $ la tonne, la Colombie britannique recycle 41 kilogrammes par habitant à 398 $ la tonne et le Manitoba recycle 68 kilogrammes par habitant à 297 $ la tonne.
  • Le Québec récupère annuellement plus de 1 million de tonnes de matière dont 707 000 tonnes de fibres et 46 000 tonnes de plastique. De cette quantité, 80 % est vendue aux fins de recyclage, 10 % correspond à de la matière valorisée autrement que par le recyclage et 10 % est rejetée et représente des matières non recyclables ou non extraites par les centres de tri.
  • Sur les 41 papetières actives au Québec en 2015, 17 traitent des matières résiduelles et ont recyclé 1 052 000 tonnes de fibres. Dans l’ensemble, 63 % des matières recyclées par les papetières en 2015 viennent du Québec.
  • L’article 53.31 de la Loi sur la qualité de l’environnement prévoit que « toute personne ou municipalité doit, dans les conditions fixées par le ministre, lui fournir ou fournir, le cas échéant, à la Société québécoise de récupération et de recyclage aux fins des responsabilités qui lui sont confiées en vertu de la présente loi, les renseignements qu’il demande concernant l’origine, la nature, les caractéristiques, les quantités, la destination et les modalités de récupération ou de valorisation des matières résiduelles qu’elle génère, remet à un tiers ou prend en charge ».

 

 

 – 30 –

 

SOURCE :

Anne-Hélène Couturier
Attachée de presse
Cabinet de la ministre
du Développement durable,
de l'Environnement et de la Lutte
contre les changements climatiques
Tél. : 418 521‑3911
 
Brigitte Geoffroy
Relations médias
RECYC-QUÉBEC
Tél. : 514 351-7838

INFORMATION :

Relations avec les médias
Ministère du Développement durable,
de l’Environnement et de la Lutte
contre les changements climatiques
Tél. : 418 521-3991
 

 


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2018